Vinification

Histoire du verre à pied

Du Vin en Bretagne

Ça ne vous a pas échappé, depuis plusieurs dizaines d’années, on parle de la Bretagne comme la ou l’une des premières régions de France, où l’on consomme le plus de boissons alcoolisées. Est ce la curiosité d’une population ouverte au monde, ayant une soif d’apprendre tellement forte, qui la pousse à goûter la riche diversité des boissons proposées en ce bas monde ? 
Il est très important, comme c’est souvent le cas, de ne pas mettre confondre, l’alcool et le vin. Il est intéressant, pour mieux comprendre, de revenir sur l’histoire agricole de notre région.

La vigne aurait été cultivée presque partout en Bretagne

vdp marches de bretagne
On a découvert un pressoir à Piriac-sur-mer dans la région de Guérande, près d’une ferme dont l’origine remonterait entre le 1er et le 3 eme siècle. Le cidre n’étant produit que beaucoup plus tard, on suppose qu’il s’agit du premier pressoir à vin connu dans la région. Suite au refroidissement du 10eme siècle et aux décrets royaux des 17eme et 18eme siècles défavorables à la production de vins en Bretagne, la vigne a quasiment disparu de la péninsule sauf pour le vignoble nantais lié aux activités du port de Nantes. Colbert aurait encouragé les pommiers et la fabrication du cidre en Bretagne.

Au moyen âge la boisson en Bretagne était la Cervoise, le cidre a pris sa place au milieu du 16 ème siècle (elle était fabriquée avec du grain, mais les famines étaient nombreuses on incita donc à garder le grain pour la nourriture) Le phylloxéra a quasiment sonné le glas de la vigne en Bretagne, même si quelques pieds existent encore ici ou là. La production de vin à titre commercial y est interdite.
Le Cidre, selon les régions bretonnes, est consommé et produit en quantités très différentes. L’Ille et Vilaine en est le plus grand producteur en 1920. D’ailleurs les chiffres de consommations sont impressionnants : 8 à 10 litres par jour et par personne en été au moment des moissons et 3 à 4 litres dans les périodes de repos ! Pour répondre à la surproduction, la distillation se développe et par voie de conséquence, favorise la montée de l’alcoolisme.

La consommation de vin se développe entres les 2 guerres

Le vin de  Rennes
Le vin de Rennes
Et c’est dans les années 50 qu’il devient boisson de table. Dans les cafés, les marins et les ouvriers trinquent «à la tournée de rouge», les femmes le coupent parfois avec de la limonade. Certains l’allongent «à l’eau» pendant le repas, car l’offre de vins, qui arrive pour une grande partie par bateau, est constituée de vins algériens, du Languedoc et d’Italie. Et le degré d’alcool était privilégié à la finesse. Et puis avec le temps, le breton devient plus exigent et par la mer arrive le vin de Bordeaux, surtout de Saint Emilion et par la terre les vins d’Anjou et de Saumur. Depuis les années 60 la consommation de vin en Bretagne diminue, comme dans le reste du pays d’ailleurs. Elle est en augmentation très légère chez les jeunes malgré une consommation majeure de bières et spiritueux. La Bretagne est une région portuaire, de pêcheur, de voyageurs, d’agriculteur. Le travail était rude comme le climat. Par les marins sont arrivés le rhum et le whisky

La Bretagne compterait de 100 à 200 viticulteurs de nos jours

carte des vins de bretagne
site Terri(s)toires édité par l’agence Rue Prémion
Alors que la législation européenne autorise l'ouverture de nouvelles exploitations viticoles à titre familial (moins de 10 ares), la France n'a pas octroyé ce droit officiellement mais semble tolérer ces petits vignobles. Il est toutefois clair que la législation européenne comme la législation française interdit toute nouvelle production de vin à titre commercial en Bretagne ou ailleurs. Malgré tout, la Bretagne compterait de 100 à 200 viticulteurs en dehors du vignoble nantais, du Nord de la Loire jusqu'à Quimper sur les coteaux du Braden et de la presqu'île du Rhuys jusqu'à Renac prés de Redon en passant par le Val de Rance. Sans oublier, le vin de Rennes, la cuvée du Haut Quineleu dans le quartier Sainte Thérèse, où il reste de la vigne plantée par les ouvriers des ateliers de la gare il y a près de 80 ans.
Cliquez pour découvrir mes secrets
Cliquez pour découvrir mes secrets

Voir aussi

Ce qu'a inventé cet homme est fantastique !

C'est homme est fantastiqueLe verre à pied a été inventé par un designer afro-arabo-andalou du IXème siècle, un Léonard de Vinci de la musique, de la mode et du style.
Peu connu en France, Abû al-Hasan ‘Alî Ibn Nâfi’ est resté dans l'histoire sous le …

Le sommelier

Le poste de sommelier, très particulier, nécessite des connaissances et une formation pointue. De ce fait, et pour des raisons économiques, seuls les restaurants dits gastronomiques peuvent s'assurer les services d'un sommelier à part entière. Les ba …

Carafer ou décanter ?

Ce sont des termes que l'on entend parfois, mais quel sont les différences entres les deux ? 

Vos réactions (3)

Etonnant de découvrir que l'on habite dans une région viticole... ! La Bretagne nous épate chaque jour et les bretons avec ! Merci Christophe. Hâte de lire la prochaine missive !!!

par Gérard , il y a 2 ans

Sympa ce billet ! :)

par Vincent , il y a 2 ans

belle vue d'ensemble du vignoble breton (et actualisé !) .... merci d'un de vos anciens élève

par Bastien le bigouden , il y a 2 ans

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Vinification

Histoire du verre à pied